mercredi 5 août 2015

Bilan de mon premier voyage

Oui, c'est bien beau d'être partie et d'avoir tenu un journal de bord, mais finalement, qu'est-ce que je garde du Japon après coup ? Et bien déjà, si je devais résumer mon voyage en un seul mot, ce serait :

Difficile 

J'ai réalisé mon rêve certes, mais ce ne fut de loin pas si magique et incroyable que je ne l'imaginais. Déjà, la différence de langue et de culture a souvent était la cause de problèmes. Les premières fois étaient vraiment stressantes : la première fois que t'utilises la Yamanote, la première fois que tu vas dans un bus, un métro, la première fois que tu dois retirer de l'argent, la première fois que tu rencontres quelqu'un... Et bien souvent, ça ne se passait pas comme prévu. Je me suis perdue souvent et trouver de l'aide n'était pas une partie de plaisir. Le 90% des japonais ne sont pas foutu de parler un anglais basique et limite, ceux-ci te reproche de ne pas parler le japonais. D'ailleurs, on en parle du fait d'être constamment dévisagée ? J'ai vraiment l'impression d'être la seule à souligner cela quand je lis les autres expériences. Je sais pas si c'est parce que j'étais toute seule, mais au bout d'un moment, tu finis par baisser la tête et t'enfermer dans ta musique pour ne plus sentir ces regards noirs. Et puis bon, être une femme occidentale aux formes généreuses se baladant seule dans la rue m'a quand même attiré bien des emmerdes. Le Japon, pays le plus sûr au monde, ouais mon cul. Même à Paris, tard le soir, j'ai jamais croisé de pervers. Et puis pour finir, la solitude a été la chose la plus pénible à supporter. Parce que même quand je rentrais chez les Tsukamoto je me sentais incroyablement seule. Tu peux rien partager, tu te sens pas en sécurité, tu t'amuses pas vraiment... 

Oui, j'ai passé quelques moments agréables, mais la majorité du temps, c'était juste pénible. Et puis pour rajouter une couche, l'humidité rendait toutes les visites extérieurs désagréables. Donc franchement, les gens qui me disent que j'ai trop de la chance d'avoir pu partir au Japon, je leur souhaite qu'ils leurs arrivent les pires des merdes quand ils iront, parce que ça m'énerve vraiment. Avec du recul, je me dis que j'aurais mieux fait de garder mon argent et attendre un peu de pouvoir partir avec quelqu'un, durant une autre saison. De mon voyage, j'en garde juste un goût amère et j'ai même plus envie d'en parler quand on me demande comment c'était. J'espère que la prochaine fois que je partirais ça se passera beaucoup mieux...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire