jeudi 23 juillet 2015

Se perdre à Tokyo... Et se retrouver piégée dans un karaoké.

Aujourd'hui, Yuriko et Jin ont insisté pour que je fasse une pasmo, carte qui sert à prendre les transports. N'ayant pas eu vraiment le choix, j'ai été faire cette carte avec Yuriko, avant d'être envoyée dans le métro de Tokyo. C'était la première fois que j'y mettais les pieds et je fus réellement étonnée car, il ne faisait vraiment pas chaud du tout malgré le monde. J'ai très vite compris son fonctionnement et en moins de deux j'étais à Shibuya. Sauf que je n'ai pas vraiment atterri devant la statue d'Hachiko et sans ce repère, j'étais un peu perdue. Par chance, j'ai aperçu le Starbuck juste au-dessus du carrefour de Shibuya. Merci les animes qui m'ont appris qu'il y avait en un là-bas, sinon j'aurais été mal. Je me suis alors rendue sur l'épique place puis j'ai regardé les gens traverser. Finalement, ce n'est pas si impressionnant. Où alors c'est le fait de le voir depuis le sol ? En tout cas, j'ai décidé de traverser à mon tour pour rejoindre Hachiko. La statue est vraiment prisée pour les photos. Je suis restée assise en face d'elle, attendant le bon moment pour prendre une petite photo, puis j'ai décidé de partir à la recherche du musée Hikarie. Comme je suis vraiment douée pour lire une carte, je suis partie dans la mauvaise direction. En chemin, un japonais ayant vu que je galérais, m'a aidé à retrouver mon chemin. Mais à mon arrivée, je fus un peu déçue : il n'y avait rien, juste une exposition temporaire en cours d'installation. Mon guide de voyage m'aurait-il menti ? Enfin, pour me consoler un peu, l'exposition qu'ils étaient entrain de monter est sur le studio d'animation qui a fait Summer Wars, Les enfants loups : Ame et Yuki et très prochainement Bakemono no ko. Comme l'exposition commence le 24 juillet, j'irais faire un tour demain. À défaut d'une visite culturelle, le bâtiment abritait de quoi se restaurer et j'ai enfin pu goûter les sushi japonais ! Il s'agissait d'une sorte de croisement entre sushi bar et sushi tapis roulant. Le principe était simple : on nous donne le menu et nous devons noter notre commande sur un petit bout de papier que l'on donne directement au chef en face de nous. Je me suis vraiment régalée dans ce petit resto et l'ambiance y était bien sympa !

Comme je n'avais pas envie de rester à Shibuya pour faire du shopping, j'ai décidé de partir à Shinjuku. J'ai voulu aller voir le Hanazono-jinja mais là encore, mon sens de l'orientation désastreux me pousse dans la direction opposée. J'ai marché pendant en tout cas 20 bonne minutes avant de m'arrêter devant un Koban, ces box où se trouvent des policiers. Je leur ai demandé le chemin et ils m'ont indiqué que j'étais vraiment très loin du sanctuaire. Ils m'ont alors gentiment donné un plan avec la route à suivre et je suis retournée sur mes pas. J'étais vraiment épuisée d'avoir autant marché et arrivée au sanctuaire j'étais presque déçu. Il est beau certes, mais la fatigue ne me permettait pas de vraiment en profiter. De plus, j'ai loupé l’enchaînement de mouvement pour la prière, ça a dû me porter la poisse vu ce qui va suivre... Après cela, je me suis posée sur l'escalier d'une place de Shinjuku afin de récupérer un peu d'énergie. Un homme s'est alors assis près de moi. Je n'y prête pas plus d'attention que cela, jusqu'à ce qu'il commence à me parler. C'était un peu difficile car bien qu'étranger, il ne parlait que japonais. Nous avons discuté un moment, c'était sympa et surtout ça me permettait de me changer un peu les idées. Puis il m'a proposé d'aller faire un karaoké. Sur le coup je me suis dite : « Cool, c'est l'occasion de s'amuser un peu et découvrir les karaokés japonais ! » Sauf que c'était un piège et putain j'ai été bien conne pour réussir à tomber dedans. Je me suis simplement retrouvée bloquée dans une box, au 7ème étage de l'établissement, avec un pervers. Il a commencé à me toucher et j'étais vraiment mal barré pour me sortir de là. Bien sûr, j'ai repoussé toute ses avances, mais il était insistant. Je me suis alors braquée et il m'a demandé si je voulais y aller. J'ai répondu oui car ici je n'avais aucune chance d'appeler au secours où de m'enfuir. Par chance, alors que nous allions prendre l’ascenseur, le type me dit qu'il a oublié quelque chose. Quand il est retourné dans la box, mon corps a bougé tout seul par une poussée d'adrénaline et j'ai dévalé les 7 étages par les escaliers. J'ai entendu des pas suivrent derrière moi, alors j'ai couru aussi vite que j'ai pu, esquivant les 10ène de japonais sur mon passage. Je me suis alors engouffrée dans une station et je suis montée dans un métro au hasard. J'étais vraiment terrorisée par ce qu'il venait de m'arriver et je me suis sentie terriblement seule. 

Finalement, je suis arrivée au Yoyogi-koen. Ce parc est vraiment immense et j'ai décidé de m'y balader un peu. Le bruit des milliers de cigales  m'a permis d'oublier un peu tout ça. Il y avait encore du monde, pas mal de musiciens, de gens qui pic-niquent, des touristes. J'y suis restée jusqu'à 19h30 et en demandant plusieurs fois mon chemin, j'ai pu discuté ça et là avec différentes personnes. Finalement, j'ai regagné la Yamanote pour rentrer chez moi. Je suis arrivée vers 21 heure et mes hôtes étaient très inquiets. Je me suis excusée pour tout cela, mais je n'ai pas osé leur parler de ce qu'il s'était passé à Shinjuku. J'ai simplement été me coucher pour vite passer à demain.

Statue Hachiko.

Les bouches d’égout près de la statue d'Hachiko. 

Shibuya

Encore Gudetama.

Trop de Gudetama !

Shibuya

Musée Hikarie.

Plan du bâtiment où se trouve le musée Hikarie. Comme vous pouvez le voir, y a beaucoup d'autres trucs.

Préparation de l'exposition qui commencent le 24 juillet 2015.


Shibuya

Shibuya

Shibuya

Le fameux resto de sushi~






Shibuya

Restaurant spécialisé dans le tonkatsu.

Shibuya

Ça m'a rappelé la maison...

Shibuya

Le métro de Tokyo.

Shinjuku

Je n'en ai pas acheté, mais je les ai trouvé trop chou !!

Hanazono-jinja

Hanazono-jinja

Hanazono-jinja

Hanazono-jinja

Hanazono-jinja

Yoyogi-koen

Yoyogi-koen

Yoyogi-koen

Yoyogi-koen

Yoyogi-koen

Yoyogi-koen

Il était vraiment très près de moi, je lui ai même donné un peu de melon pan.

Yoyogi-koen

Yoyogi-koen

Yoyogi-koen

Ça aussi ce sont les fameuses toilettes japonaise. Par contre, j'ai pas voulu tester.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire